lundi 16 août 2010

Mieux comprendre l'herpes génital

L'herpès génital est une maladie causée par un virus, elle est donc contagieuse. Son mode de transmission est le contact. On dit alors qu'elle est sexuellement transmissible car le virus attribué à l'herpès génital ne se déclare que sur les parties génitales ; on l'attrape lors de rapports sexuels non protégés par le préservatif, mais aussi lors de n'importe quel contact à cet endroit là : une caresse avec la main peut suffire pour véhiculer le virus.

Le virus en cause est appelé Virus Herpes Simplex (VHS), il en existe de deux sortes. Le VHS de type 2 est plus répandu (70% des cas) que le VHS de type 1, ce dernier provoquant le plus souvent un herpes labial. Une personne contaminée par le VHS devient infectée à vie, mais cela ne veut pas dire qu'elle gardera les symptômes de l'herpès toute sa vie ! Le virus peut rester très longtemps inactif, on dit même qu'il "dort", et n'est dans ces cas là même plus contagieux. Selon les personnes atteintes, le virus se réactive plus ou moins régulièrement, on appelle ces moments les "poussées d'herpès". Leur fréquence peut être de plusieurs fois par an à quelques fois dans une seule vie. Un autre stade de cette maladie est la réactivation silencieuse du virus. Celui-ci est bien présent et malheureusement contagieux, mais ne provoque aucun symptôme. Cette manifestation du virus reste heureusement très rare.

Pour toutes ces raisons, le virus de l'herpès génital présente une cause de transmission imprévisible.
 
Le cycle viral du VHS :




Quelques chiffres :

  • 20 % des personnes infectées n’ont pas de symptômes et ignorent qu’elles sont porteuses du virus.
  • 60 % des personnes infectées ont des symptômes, mais ne savent pas qu’elles souffrent d’herpès génital. Soit leurs symptômes sont mineurs, soit ils sont confondus avec ceux d’une autre maladie : une infection urinaire, des hémorroïdes ou une candidose.
  • Seulement 20 % des personnes infectées ont des symptômes et savent qu’elles souffrent d’herpès génital.
[ ... ]

lundi 8 février 2010

Comment éviter l'apparition d'une nouvelle mycose vaginale ?

Si vous avez déjà souffert d'une récente infection vaginale due à un champignon, apprenez les gestes qui permettent d'éviter un maximum l'apparition d'une nouvelle mycose vaginale.

Tout d'abord, prenez soin de votre flore vaginale (voir l'article sur La flore vaginale) :
  • Utilisez un savon adapté à la toilette intime et surtout, supprimez les savons dits "alcalins" ou "basiques" car votre vagin est un milieu acide.
  • Ne vous lavez pas trop souvent les parties génitales, une fois par jour suffit amplement ! Évitez de vous laver avec un gant (plein de microbes) et préférez votre main.
  • Ne pratiquez pas de douche vaginale, c'est à dire n'orientez pas le jet de douche directement dans le vagin, vous ne faites pas cela avec votre œsophage, et bien là c'est pareil !
  • Lorsque vous allez à la selle, essuyez-vous d'avant en arrière (c'est à dire du vagin vers l'anus).

N'utilisez pas d'adoucissant lorsque vous passez vos sous-vêtements à la machine à laver : c'est très agréable pour l'odeur mais nocif pour votre muqueuse vaginale...

Si vous ressentez de petites démangeaisons au niveau de la vulve, vous pouvez appliquer une crème apaisante adaptée (de marque Saforelle par exemple, c'est très efficace) le matin et ne pas porter de vêtements qui vous moulerait trop l'entrejambe durant la journée.

Si votre médecin vous prescrit des antibiotiques pour soigner une angine ou un autre mal, prévenez-le que vous êtes sensibles aux mycoses vaginales et voyez avec lui pour un antibiotique pas trop général, qui ne risquerait pas de vous déséquilibrer votre flore.

Utilisez régulièrement des pro-biotiques ( = le contraire des anti-biotiques) : ils permettent aux micro-organismes présents dans votre vagin de se reconstruire s'ils sont en quantité insuffisante à cause d'un récent traitement antimycosique par exemple, et donc de rétablir l'équilibre de votre flore vaginale.
Ces médicaments se trouvent sous forme de gélules à avaler et sous forme d'ovules à introduire dans le vagin. Préférez ce deuxième mode d'administration, bien plus efficace que des probiotiques passant par l'estomac (efficacité contestée).
L'avantage de ce type de traitement est que vous pouvez l'utiliser quand vous voulez et à la fréquence que vous voulez, il n'est en aucun cas nocif. Par exemple, si vous trouvez que vous êtes plus sensible pendant vos règles, introduisez un ovule tous les soirs tout le long de votre période. Si vous souhaitez vous remettre d'un épisode douloureux après traitement antimycosique ou après la prise d'un antibiotique, utilisez un ovule par soir pendant 5 jours puis un ovule par semaine le temps de vous sentir mieux.
[ ... ]

samedi 30 janvier 2010

Soigner une mycose vaginale

Comment soigner une mycose vaginale ?
En consultant un médecin (gynécologue ou médecin traitant), bien entendu.


Ce qu'il faut savoir sur les traitements contre les mycoses vaginales :  

Le traitement le plus souvent utilisé est un traitement local, sous forme d'ovules à introduire dans le vagin, couplé éventuellement avec une crème. Vous pouvez utiliser ces ovules même pendant les règles

Les médecins "oublient" souvent de nous prévenir, mais ces ovules, très efficaces d'ailleurs, ont cependant un effet secondaire très gênant en l'occurrence : elles irritent le vagin. Ce qui fait que le plus souvent, vous introduisez votre ovule, 5 jours après, vous êtes guérie, mais pendant ces 5 jours, vous dégustez tout comme lorsque vous aviez votre mycose !

Pour vous soulager pendant cette période là, n'oubliez pas tous ces principes : 
  • Ni trop ni pas assez de toilette intime (sinon la mycose reviendra, voir l'article sur Les causes de la mycose vaginale)
  • Si les démangeaisons sont insoutenables, prenez des bains d'eau froide localement (trempez vos fesses dans une bassine d'eau froide)
  • Ne rajoutez pas de crème adoucissante ni aucun autre produit car il faut laisser agir le produit contenu dans l'ovule
  • Portez des vêtements amples, principalement autour du bassin et n'utilisez pas d'adoucissant en lavant vos sous-vêtements (c'est très agréable pour l'odeur mais nocif pour votre muqueuse...)

Votre médecin vous aura sûrement conseillé d'utiliser un préservatif masculin ou diaphragme féminin afin de protéger votre partenaire, mais attention, le produit contenu dans l'ovule est contre indiqué en contact avec le latex. Cela peut brûler énormément le vagin selon les femmes et donc repousser la guérison.
D'autre part, il est vivement déconseillé d'associer ce traitement avec des spermicides car cela risquerait d'annuler l'effet contraceptif du spermicide.

En conclusion, pour les rapports sexuels, c'est compliqué !

[ ... ]

dimanche 3 janvier 2010

Les mycoses vaginales et leurs causes

Pour comprendre un peu comment ces mycoses ou champignons arrivent à nous gâcher la vie, une petite explication sur la nature du vagin s'impose :

Comme la bouche, le nez, ou d'autres cavités humaines qui comportent des muqueuses, le vagin n'est pas un milieu stérile. C'est à dire qu'il contient plein de mini-organismes normalement inoffensifs tels que des bactéries et des champignons (et autres bidules encore sûrement...).
Pourquoi "normalement inoffensifs" ? Parce que ces organismes sont en développement très limité dans le vagin et que dans ces quantités là ils forment un certain équilibre nécessaire à notre corps humain. On appelle ce milieu la flore vaginale. Et c'est justement sur l'équilibre de cette flore vaginale que tout repose.

Imaginez ce scénario
(qui m'est arrivé et qui arrive à plein d'autres femmes) :
Vous êtes amenée à prendre des antibiotiques pour soigner une grosse angine. Soit. Le principe de l'antibiotique est qu'il va détruire toutes les bactéries du corps humain qu'il va rencontrer sur son passage : les bactéries "méchantes" de la meeeeuchante bronchite, mais aussi les petites bactéries "gentilles" qui constituent l'équilibre fragile de votre flore vaginale.
Comme Mr l'antibiotique est un bon gars bien formé à tuer les bactéries, il va bien toutes les zigouiller. --> Dans votre vagin, l'équilibre de la flore est rompu (déséquilibré, mais ça fait répétition...!).
Qu'est-ce que ça veut dire ? Et bien que les champignons qui étaient en développement limité vont avoir plus de place pour se développer (la place vide des bactéries tuées ou "qui va à la chasse perd sa place"). Alors ils se développent, se font plaiz, deviennent de plus en plus nombreux, et là : c'est le drame : La mycose vaginale vient de s'installer.

Les autres causes
de la prolifération de ce champignon sont bien connues sur le net mais rarement expliquées. Or, il faut savoir que tout ce qui peut toucher de près ou de loin à l'équilibre de la flore vaginale constitue un risque de contracter une mycose.

Voici certaines causes avec leur explication :
Toute variation hormonale peut fragiliser cet équilibre précaire : la prise d'une nouvelle pilule ou d'une pilule peut être pas adaptée pour vous (consultez votre gynéco afin d'en prendre une qui vous corresponde mieux), les premières règles, la grossesse, l'allaitement ou encore la ménopause.
Un système immunitaire fragilisé désorganise aussi l'interaction équilibrée entre les bactéries et les champignons dans le vagin : ainsi certains médicaments (types stéroïdes) peuvent endommager temporairement votre système immunitaire, et certaines maladies aussi évidemment (cancer, VIH, et bien d'autres encore...)
Une hygiène intime insuffisante ou excessive : (voir article sur La flore vaginale) attention, là aussi il faut trouver l'équilibre ! ne vous lavez les parties génitales qu'une seule fois par jour (maximum deux), n'orientez pas le jet de douche directement dans le vagin (est-ce que vous faites cela avec votre œsophage ? non bien sûr ! alors là c'est pareil.) utilisez si possible un savon conçu pour la toilette intime.
Tout ce qui peut pénétrer dans le vagin est susceptible de modifier l'équilibre de la flore : les tampons (car ils absorbent aussi la flore!), les spermicides, les préservatifs (ils peuvent irriter certaines femmes et donc fragiliser leur flore) mais aussi le sperme !

Attention ! Ne devenez pas parano avec tout ce que je viens de dire ! Le sperme de votre partenaire ne va pas forcément vous faire développer une mycose. Mais dans certains couple, il faut parfois un petit temps pour que la flore vaginale s'adapte à l'autre.

A propos de couple : les mycoses vaginales sont-elles des MST ?
Réponse : OUI et NON.
NON car elles ne sont pas causées uniquement par les rapport sexuels (comme on l'a vu plus haut). Ainsi une jeune fille vierge peut avoir une mycose car comme toutes les autres femmes, son vagin contient des champignons en petites quantités.
OUI car la mycose vaginale est contagieuse : elle peut se transmettre au partenaire lors des rapports sexuels.
[ ... ]

samedi 2 janvier 2010

Comment reconnaître une mycose vaginale ?

Vous ressentez des sensations très particulières et désagréables au niveau de votre appareil génital et vous vous demandez ce qu'il s'y passe ?

Les sensations que l'on éprouve lorsqu'un champignon de type Candida est en train de se développer dans votre vagin ou à l'entrée de celui-ci sont des démangeaisons et/ou des sensations de brûlures ainsi que l'impression que votre vulve "colle" à votre culotte. Vous pouvez observer aussi des pertes blanches au fond de votre culotte, comme du lait caillé. Lors des rapport sexuels, vous ressentez une forte douleur abrasive.

Si vous ressentez ces symptômes, et avant de courir chez votre médecin, lavez vous à l'eau froide (l'eau chaude "décape" et déséquilibre donc encore plus la flore vaginale, voir l'article sur La flore vaginale) et observez à l'aide d'un miroir l'entrée de votre vagin :
Les alentours de votre vulve sont sûrement enflammés (pas rose comme d'habitude mais rouge) et surtout, vous apercevez un dépôt blanchâtre qui n'est pas parti au lavage (et n'insistez pas, il ne partira pas aux lavages suivants non plus).

Prenez alors rendez-vous chez votre médecin (gynécologue ou médecin généraliste habituel, ils sont formés à diagnostiquer ce genre de choses) et en attendant ce rendez-vous, ne vous lavez pas trop ! Une fois par jour maximum et avec un savon adapté à la toilette intime. Si vous souffrez beaucoup, évitez les pantalons moulants, mettez vous en jupe, et si ça ne va toujours pas, effectuez des petits bains d'eau froide localement (dans une bassine par exemple).
 

Pour récapituler, les symptômes d'une mycose vaginales sont des :
  • démangeaisons (de faibles à très fortes selon l'évolution de la mycose)
  • sensations de brûlure (de faibles à très fortes selon l'évolution de la mycose)
  • douleurs abrasives lors des rapports sexuels
  • pertes blanchâtres dans la culotte(ressemblant à du lait caillé)
  • dépôts blancs sur les parties génitales (même après le lavage)
[ ... ]

jeudi 10 décembre 2009

Protégez votre flore vaginale !

Qu'est-ce que la flore vaginale ?

Comme la bouche, le nez, ou toute autre muqueuse, le vagin n'est pas un milieu stérile. C'est à dire qu'il contient plein de micro-organismes inoffensifs tels que des bactéries, des germes et des levures. La flore vaginale est le terme employé pour parler de ce milieu organique dans notre vagin. Ces micro-organismes constituent un véritable écosystème qui nous protège des agressions infectieuses. Ils ont par exemple pour rôle de maintenir une acidité normale dans le vagin.

Malheureusement cet écosystème constitue un équilibre fragile.

La flore vaginale peut être détériorée ou fragilisée par de multiples facteurs dont nous parlerons plus bas. Si ce déséquilibre intervient, le vagin devient donc un milieu propice au développement d'infections vaginales.

Voilà donc pourquoi il faut protéger et prendre soin de notre flore vaginale !


Comment protéger cet équilibre fragile ?

L'hygiène intime joue un grand rôle dans le maintien de cet équilibre :

  • Utilisez un savon adapté à la toilette intime et surtout, supprimez les savons dits "alcalins" ou "basiques" car votre vagin est acide.
  • Ne vous lavez pas trop souvent les parties intimes, une fois par jour suffit amplement ! Évitez de vous laver avec un gant (plein de microbes) et préférez votre main.
  • N'orientez pas le jet de douche directement dans le vagin (on appelle cela la douche vaginale), vous ne faites pas cela avec votre œsophage, et bien là c'est pareil !
  • Lorsque vous allez à la selle, essuyez-vous d'avant en arrière (c'est à dire du vagin vers l'anus).

Le confort de vos vêtements est très important :  Évitez les vêtements très serrés au niveau du bassin et mettez vous plus souvent en jupe, vous êtes très belles ainsi !

Lorsque vous passez vos sous-vêtements à la machine à laver, n'utilisez pas d'adoucissant : c'est très agréable pour l'odeur mais nocif pour votre muqueuse vaginale...

Si vous utilisez des tampons pendant vos règles, alternez tout de même avec des serviettes (la nuit par exemple), votre vagin préfère les serviettes hygiéniques !

Utilisez éventuellement des pro-biotiques : ( voir cet article pour plus d'infos), ils permettent aux micro-organismes présents dans votre vagin de se reconstruire s'ils sont en quantité insuffisante, et donc de rétablir l'équilibre de votre flore vaginale.

Quels sont les facteurs déséquilibrant cette flore ?

Toute variation hormonale peut fragiliser cet équilibre précaire : la prise d'une nouvelle pilule ou d'une pilule peut être pas adaptée pour vous (consultez votre gynéco afin d'en prendre une qui vous corresponde mieux), les premières règles, la grossesse, l'allaitement ou encore la ménopause.

Un système immunitaire fragilisé désorganise aussi l'interaction équilibrée entre les bactéries et les champignons dans le vagin : ainsi certains médicaments (types stéroïdes) peuvent endommager temporairement votre système immunitaire, et certaines maladies aussi évidemment (cancer, VIH, et bien d'autres encore...)

La prise de certains médicaments comme les antibiotiques en particulier, qui, par définition, vont éliminer un maximum de micro-organismes, y compris ceux qui constituent la flore vaginale.

Tout ce qui peut pénétrer dans le vagin est susceptible de modifier l'équilibre de la flore : les tampons (car ils absorbent aussi la flore!), les spermicides, les préservatifs (ils peuvent irriter certaines muqueuses de femme et donc fragiliser leur flore) mais aussi le sperme !
[ ... ]

mercredi 9 décembre 2009

Devenir une femme... avec tous les problèmes gynéco qui vont avec !

Bonjour et bienvenue sur mon blog !

Je m'appelle Céline, j'ai 26 ans et j'ai connu tout au long de ma vie de femme pourtant encore assez courte (!!) des ennuis gynécologiques répétitifs et handicapants :
Pour commencer, de l'herpès génital  dès que j'ai été réglée (à 11 ans), et qui revenait quasiment tous les mois pendant mes règles. En alternance avec cet herpes, j'ai bien sûr eu droit à des tas de mycoses vaginales car j'avais la vulve et le vagin tout le temps irrités et je ne prenais pas soin de mon corps comme il aurait fallu. Lors de mes premiers rapports sexuels, j'ai connu mes premières cystites ainsi qu'un gros dérèglement de ma flore vaginale qui m'a donné des démangeaisons à n'en plus finir........

Bref ! Je n'ai pas toujours su distinguer les différentes pathologies que j'avais ; il faut dire que le plus souvent, "quand ça fait mal, ça fait mal" et c'est difficile de rester lucide pour trouver vraiment où ça va mal et comment. Est-ce que ça brûle ? Est-ce que ça gratte ? Pour moi c'était vraiment dur de faire la différence...

Je commence seulement maintenant à y voir plus clair dans ce qui m'est arrivé et je me rends compte que j'aurais pu éviter pas mal de soucis si j'avais eu les bons conseils et les bons réflexes au bon moment.
Voilà pourquoi je crée ce blog, histoire de pouvoir partager mon expérience et peut être (je l'espère) pouvoir faire gagner du temps à d'autres femmes qui ont ce genres de problèmes.
[ ... ]

mardi 8 décembre 2009

GLOSSAIRE

Candidose : infection due au champignon de type candida ou candida albicans

Champignon de type candida albicans :  c'est l'espèce de levure la plus répandue dans les mycoses vaginales (et aussi intestinales). C'est lui le fautif !!

Douche vaginale : fait d'orienter le jet de douche directement dans le vagin et/ou d'y introduire du savon. A éviter à tout prix !!!

Flore vaginale : le vagin des femmes contient naturellement des micro-organismes et bactéries qui, en quantité raisonnables, ne provoquent aucun désagrément pour la femme. La flore vaginale est le terme employé pour parler de ce milieu microscopique dans le vagin. Voir l'article "Protégez votre flore vaginale !"

Herpes génital : maladie infectieuse sexuellement transmissible. relativement fréquente, elle toucherait 2 millions de personnes en France, tout sexe confondu.

Probiotique :  médicament à base de micro-organismes vivants ayant pour action de rétablir l'équilibre de la flore vaginale par exemple. Voir l'article sur "Comment éviter l'apparition d'une nouvelle mycose vaginale ? "

Sexuellement transmissible :  se dit d'une infection (virus, mycose, etc...) qui se transmet entre partenaire lors de contacts sexuels directs ou indirects  (la main peut servir de véhicule).
[ ... ]